comme TURGY et son curé      23 juin2017

 

   

T- Turgy église

Turgy près de Chaource. C’est un village pour une fois  et non un

T- turgy cassini

patronyme. Il a pour moi  surgi d’une rencontre de hasard comme je les aime. Je connais un peu cette région près de Chaource car des amis ont une maison de campagne dans un village  voisin, Vanlay. Or il se trouve que les zigzags d’une recherche sur la famille d’Henri CHANTAVOINE, poète et critique oublié de la fin du 19é siècle,  m’ont mené à Mussy-sur-Seine et de là à Turgy.  Un village qui n’a jamais été bien grand : 184 habitants en 1793,  réduits en 2014 à 45. Des fermes dispersées un peu au hasard dirait-on, et une église qui veille  à l’ancienne sur les plus vieilles tombes de ses morts.

    Dans ce charmant cimetière de campagne, écrasé de soleil lors de ma visite, quel coup de veine si j’avais trouvé  la tombe de Bazile Ménétrier  mais il était mort sous la Restauration et de toute façon, c’est à Chesley qu’il est décédé et donc enterré. Alors Bazile Ménétrier  et Turgy? Je m’occupe de la famille Ménétrier depuis un certain temps.   Ils sont implantés de longue date à Mussy-L’Évêque (le nom de Mussy-sur-Seine sous l’Ancien Régime), comme vignerons et plus récemment marchands tanneurs. Bazile est entré une première fois dans mon champ de vision comme témoin au mariage de sa nièce  Madeleine le 10 fructidor an VI à Mussy. Il était dit propriétaire à Turgy. Deuxième apparition : lors du mariage d’un frère, Louis le 27 janvier 1777; ce fut difficile de dénicher le lieu de l’événement car c’était dans la paroisse de la mariée, pas très loin de Mussy mais en Côte-d’Or, à Belan-sur-Ource.

 

 Bazile est alors diacre, voué à la prêtrise donc. Ce ne serait pas le seul de la famille.  On signale  en 1830 un Sébastien Ménétrier curé de Beauvoir  à 80 ans.  Une parente, Marceline Ménétrier décédée en 1814 à 87 ans avait fondé à Lagny une succursale de la communauté des dames de St Maur. Aurait-il entre temps renoncé à la carrière ecclésiastique ? Oui et non. Oui mais après en avoir tâté car j’ai bien sûr filé à Turgy, dont j’ai épluché les registres. La première tranche se termine  fin 1792 ; les derniers actes sont signés du maire Maugard mais  surprise: jusqu’au 24 septembre 1792, c’est la signature de MÉNÉTRIER curé de Turgy  qui orne toutes les pages antérieures

T- curé 18è

 

 : il y a de fortes présomptions pour qu’il s’agisse de Bazile. On remonte, on remonte le temps et sa première signature  date du 14 octobre 1778 (vue 143), après quelques mois de flottement à la suite du décès de ROGER, le curé précédent disparu le 4 mai 1778 à vingt-huit ans. Pendant 14 ans il a officié  à Turgy, occupé la cure (d'un rapport certainement mince) et tenu (fort bien) les registres. Je pense reconnaître son écriture tout au long et même ensuite, lors qu’il passe le relais à un officier d’état civil. Pour son dernier acte, il laisse déborder  son zèle opportuniste ou son enthousiasme réel à l’égard des idées nouvelles  Lan mille sept cent quatre-vingt-douze le quatrième de la Liberté. Il s'est calmé à l'acte suivant et  opte pour une dénomination plus officielle Lan premier de la république française.  

T- 1799 Mtr B sign maire

Dans le volume suivant, la signature refait vite son apparition, et parée d’un nouveau titre MÉNÉTRIER maire ou MÉNÉTRIER tout simplement jusqu’en 1808 (image 40). L’événement majeur, on l’a rencontré dès les premières pages, vues 7-8 : Bazile a pris femme.

    AD Aube Turgy  M 1793-1860 vues 7-8      aujourd'hui 12 ventôse l'an deux de la république française 5 h du soir  par devant Louis Villain

             -Bazile Ménétrier 42ans propriétaire demeurant en cette commune fils de + Nicolas Ménétrier marchand tanneur et de Marie Briois       son épouse demeurant à Mussy sur Seine Aube   - Edmée Regnard 29ansdemeurant à Turgy fille de Matthieu Regnard laboureur demeurant  à Grimaud, Yonne et de Marie Godot son épouse    -assistés de Pierre Bourguignat notaire à Chaource 41ans, Germain Dehuitmendre? chirurgien à Vanlay 37a, Nicolas Maugard maire de cette commune 36ans amis des futurs, Edme Gaudat ancien officier de dragons 67ans demeurant à Grimaud Yonne oncle maternel de la Mariée, Joseph Mujnet? secrétaire de la municipalité de Mussy 45ans.  acte de Naissance de Basile Ménétrier né le 7 février 1753 à Mussy de Nicolas Ménétrier et Marie Briois; acte de Naissance de Edmée Regnard née le 22 mars 1765 des parents susnommés[...]

        Prêtre défroqué. Il y avait d’abord eu l’épreuve déterminante -ou l’étape  transitoire-  de la prestation de serment à la Constitution civile du clergé. Dans le canton de Chaource, il semble que les prêtres assermentés aient été nombreux et MÉNÉTRIER  fut de ceux-là. Curé jureur. Certains à la vocation défaillante allèrent plus loin et profitèrent  de l’état d’esprit nouveau pour jeter leur soutane par-dessus les moulins. Bazile fut encore de ceux-là. Il se marie même dans sa paroisse. Apparemment ceux qu’il a baptisé, marié, confessé, conseillé semblent avoir parfaitement admis la chose puisqu’il n’a pas hésité à prendre femme dans le village (mais elle n’en était pas originaire). À Bavincourt, mon village natal du Pas-de-Calais, le curé   a suivi le même chemin, exactement à la même date de Ventôse an II. Le clerc du village devenu officier d’état civil célèbre son mariage avec une dame de Paris. Ce couple paraît ensuite avoir quitté le pays. Bazile est resté sur place; il est même devenu un notable, membre du conseil municipal,  et  maire jusqu’en 1808: il continuait en somme  son magister sous une forme laïque. Question prosaïque: de quoi cs curés redevenus des laïcs ont-ils vécu, une fois privés du bénéfice de leur cure ?

   

T Chesley égliseCapture

   Le père de Baudelaire, ancien prêtre lui aussi,  s’était fait peintre en miniatures. Bazile MÉNÉTRIER  se dit propriétaire. Il est d’une famille aisé, ce qui lui a permis de réaliser une excellente opération lors de la mise en vente comme  biens nationaux de certaines propriétés de l’Église. Plus d’un curé dans le diocèse acquière des bâtiments divers; certains rachètent tout ou partie des biens provenant de leurs bénéfices. Ainsi assurent-ils leurs arrières. Basile n’hésite pas à mettre dans l’opération 6.250£, et ce dès le 6 juillet 1791, lorsqu’il vient de prêter serment. Peut-être a-t-il déjà en tête de rompre avec l’Église et de se marier ?

      Très vite le couple a deux enfants : Mélanie le 7 messidor an IV (1796), qui se marie en 1813 à Chesley avec un fils de propriétaire futur adjoint au maire de Chesley, et Élise en l’an VI (1798) mariée en 1818. Bazile décède   à 70 ans à Chesley, bourg plus important que Turgy où se sont installés Mélanie et son mari. Sa femme Edmée REGNARD plus jeune que lui de 13 ans meurt à Chesley à 84 ans au tout début de la IIè République.